Chaque migrant qui entreprend un voyage laisse derrière lui une famille.

Nous avons tendance à nous intéresser au voyage lui-même et aux crises qui poussent les migrants à quitter leur foyer. Mais la migration ne concerne pas seulement les gens qui fuient les conflits ou demandent l’asile. Le nombre de personnes affectées est beaucoup plus important que le nombre de migrants en déplacement qui tentent de se traverser des frontières hostiles. Ceux qui restent derrière, loin des projecteurs et de l’attention des médias, doivent soutenir leurs proches dans leur périple. Ils portent dès lors eux aussi un lourd fardeau financier et émotionnel.

Notre reportage spécial s’intéresse au sort de deux de ces familles.
 

entre l'arbre et l'écorce

Lucky, qui se fait appeler « Biggy », a quitté le Nigeria il y a quatre ans dans l’espoir de faire fortune en Europe. Il est resté coincé au Maroc. Il vit dans une tente dans la forêt, incapable d’aller plus loin, réticent à accepter son échec et à rentrer chez lui. Sa mère vieillissante est restée au Nigeria et prie pour sa sécurité. Elle n’a aucune idée de ce avec quoi il doit composer en tant que migrant sans papiers – la crainte constante de la police, la vie à la dure. Elle est convaincue que Lucky atteindra un jour l’Europe et qu’il l’aidera à sortir de la pauvreté. Cliquez ici pour lire leur histoire.

 

Le « Back way »

Mohammed Lamin a abandonné son emploi, emprunté de l’argent à son frère et quitté la Gambie pour l’Europe par le « back way » – une voie terrestre extrêmement périlleuse à travers le Sahel jusqu’en Libye, suivie d’une traversée vers l’Europe à bord d’un bateau de passeur. Il ne voyait aucun réel avenir pour lui-même en Gambie et il avait l’impression qu’il se devait de tenter d’améliorer les perspectives de sa famille. Maintenant qu’il « a réussi », les membres de sa famille espèrent que le sacrifice financier qu’ils ont fait sera récompensé. Le frère aîné de Lamin se prépare à lui suivre ses traces. Cliquez ici pour lire leur histoire.


Photo de couverture par  Jason Florio/MOAS.eu/IRIN


Pour en savoir plus sur les migrations, consultez notre page sur le sujet.

Ou cliquez sur nos recommandations d’articles ci-dessous :

    Portraits de Syriens    Objets de pitié ou employés potentiels dignes d’intérêt ? Les Syriens qui arrivent sur les plages de l’île grecque de Lesbos ont de solides CV.


Portraits de Syriens

Objets de pitié ou employés potentiels dignes d’intérêt ? Les Syriens qui arrivent sur les plages de l’île grecque de Lesbos ont de solides CV.

    L’Europe n’est pas confrontée à une crise des migrants, mais à une crise syrienne    Imaginez que la Syrie n’existe pas, que la guerre n’y ait jamais eu lieu. À quoi ressemblerait la crise des migrants en Europe si c’était le cas ?   


L’Europe n’est pas confrontée à une crise des migrants, mais à une crise syrienne

Imaginez que la Syrie n’existe pas, que la guerre n’y ait jamais eu lieu. À quoi ressemblerait la crise des migrants en Europe si c’était le cas ?

 

    Aujourd'hui ici, demain ailleurs    Pour les travailleurs humanitaires qui répondent à l’afflux de migrants et de demandeurs d’asile en Grèce, la crise soulève une série de questions troublantes pour lesquelles il n’existe pas de réponses faciles.


Aujourd'hui ici, demain ailleurs

Pour les travailleurs humanitaires qui répondent à l’afflux de migrants et de demandeurs d’asile en Grèce, la crise soulève une série de questions troublantes pour lesquelles il n’existe pas de réponses faciles.

    Quand doit-on parler de migrants, de réfugiés ou de demandeurs d’asile?    Il est devenu très délicat pour les journalistes de choisir les bons termes lorsqu’ils écrivent sur la crise des migrants en Europe. La spécialiste de la migration d’IRIN Kristy Siegfried examine quatre erreurs de terminologie couramment commises par les médias.


Quand doit-on parler de migrants, de réfugiés ou de demandeurs d’asile?

Il est devenu très délicat pour les journalistes de choisir les bons termes lorsqu’ils écrivent sur la crise des migrants en Europe. La spécialiste de la migration d’IRIN Kristy Siegfried examine quatre erreurs de terminologie couramment commises par les médias.

    Un sanctuaire, vraiment ? Un règlement de l’UE à l’origine de plusieurs décès    La découverte des corps de dizaines de migrants dans un camion en Autriche apporte un nouvel éclairage sur les conséquences potentiellement tragiques d’une application trop stricte des règlements de l’UE.


Un sanctuaire, vraiment ? Un règlement de l’UE à l’origine de plusieurs décès

La découverte des corps de dizaines de migrants dans un camion en Autriche apporte un nouvel éclairage sur les conséquences potentiellement tragiques d’une application trop stricte des règlements de l’UE.

    Réponse ou opportunisme ?    Plusieurs grandes organisations humanitaires ont annoncé qu’elles prévoyaient de lancer, d’étendre ou d’améliorer leurs opérations en réponse à la crise des réfugiés en Europe. Mais comment se fait-il que le continent le plus riche ait besoin de l’aide d’organisations qui fonctionne déjà à la limite de leurs capacités ?


Réponse ou opportunisme ?

Plusieurs grandes organisations humanitaires ont annoncé qu’elles prévoyaient de lancer, d’étendre ou d’améliorer leurs opérations en réponse à la crise des réfugiés en Europe. Mais comment se fait-il que le continent le plus riche ait besoin de l’aide d’organisations qui fonctionne déjà à la limite de leurs capacités ?